Exposition à Varen

Du 7 juillet au 17 août 2013

Dans le cadre de l’exposition d’artisanat et d’art proposé par l’association ECLAT au rez-de-chaussée du château de Varen.

Plus d’informations sur le site d’informations de la commune de Varen

Adresse :
Château de Varen
82330 Varen

Salon d’automne des Artistes Occitans à Balma

Du 21 octobre au 3 novembre 2010

Édition d’automne du salon des Artistes Occitans à Balma qui fête pour l’occasion ses 75 ans d’existence.

Plus d’informations sur le site officiel des Artistes Occitans

Heures d’ouverture :
Tous les jours (sauf le 1er novembre) de 10h00 à 18h00 .

Adresse :
Place de la libération (en face de l’église)
31130 Balma

D’ici et d’ailleurs à Ax-les-Thermes, Ariège

Du 22 au 28 juin 2009

Cette exposition est une restrospective de l’œuvre de Colette Fine et de Giannina Cumerlato.

Heures d’ouverture :
Tous les jours de 10h00 à 13h00 et de 16h00 à 20h00.

Adresse :
Chapelle Saint Jérôme
Place du Marché
09110 Ax-les-Thermes


Agrandir le plan

Les femmes à "La maison d’à côté" à Toulouse

Du 3 au 30 mars 2009

« Les femmes » vues par une femme.
J’ai tenu à représenter les femmes d’ici et d’ailleurs, des femmes d’un peu partout et dans toutes les situations.

Techniques
Dans cette exposition je présente des peintures à l’acrylique et des collages réalisés en techniques mixtes : acrylique et papiers, et accessoirement quelques rehauts de pastel.

Le collage
J’aime la technique du collage, cet élément papier déchiré issu de revues, d’affiches ou de peintures déchirées. C’est d’abord une cueillette sélective. Le simple fait de l’extraire de son support initial excite mon imagination. Leur disposition sur la toile m’invite à les détourner de ce pourquoi ils étaient conçus pour en faire quelque chose de nouveau ; je plonge alors dans un casse tête où intervient la création d’une nouvelle atmosphère, de nouvelles harmonies de couleur et dans ce labeur de reconstruction entrent en jeu les lois de l’équilibre, de la composition et de la couleur.

Selon un rituel bien établi je dispose alors mes couleurs sur la palette et le processus démarre : un trait en appelant un autre, une forme une autre, un bout de papier un autre. Je bâtis à mesure que j’avance cherchant le poids des couleurs et des formes et leurs contrepoids.

Abstraite ou non la peinture est un piège à regards : regard du peintre qui la façonne et qui s’en évade en la donnant à voir à d’autres, regards du spectateur ou du critique qui se l’approprie ou qui la rejette, la votre.

Adresse
La maison d’à côté
45 rue Jean des Pins
31300 Toulouse
Métro St. Cyprien

Galerie Phare-Sud à Gruissan

Du 8 décembre 2007 au 6 janvier 2008

Exposition à galerie "Phare-Sud" à Gruissan
Du 8 décembre au 6 janvier

Heures d’ouverture :
De 15h à 19h tous les jours sauf le lundi

Adresse :
Galerie Phare-sud
Avenue de la Douane
11430 Gruissan

Bibliothèque de l’Ordre des Avocats de Toulouse

Février - Mars 2007

Exposition du 12 février au 12 mars, à la bibliothèque de l’Ordre des Avocats de Toulouse, 7 place du Salin à Toulouse.

Cette exposition est une restrospective de l’œuvre de Colette Fine.

Horaires de visite :
Du lundi au vendredi de 8h00 à 12h00 et de 13h30 à 17h00.

Centre Culturel Saint Jérôme, juin 2006

Du 02 juin au 15 juin 2006, exposition collective

Peintre, publiciste diplômée des Arts Appliqués de Paris, enseignante, Colette Fine a suivi un parcours artistique qui l’a amené des bords de la Garonne où elle est née dans un long périple, de continents en continents, jusqu’aux bords de Garonne à Toulouse où elle est revenue s’installer en 1998. Eclectique dans le choix de ses thèmes elle propose à travers cette exposition, un parcours « coup de cœur » à travers ses tableaux, sans aucunes prétentions ni message spécial si ce n’est celui de se faire plaisir et de partager ce plaisir avec les visiteurs, car dans l’art contemporain il y a de la place pour toutes les démarches. Rouault a écrit : « l’art est délivrance, joie intime, même dans la souffrance, la vie combat jusqu’à trépasser »

Les bateaux, la mer et les ports les paysages du midi sont les sujets privilégiés de la peinture de Pierre Silaire. Très inspiré par la nature, elle tient une place centrale dans son œuvre. Après avoir enseigné la littérature une grande partie de sa vie rien ne le poussait spécialement vers le chevalet si ce n’est son désir de nous décrypter le motif comme il le voit, comme il le sent. Artiste figuratif reconnu ( En 2003 : Prix du Conseil Général au Salon des Occitans et en 2004 de la ville de Toulouse, prix de peinture et d’aquarelle à Colomiers, à Auch et en 2005 à... ) il travaille avec finesse les mélanges de couleurs, les techniques -comme l’aquarelle et la peinture acrylique- ainsi que l’utilisation des matériaux : sa recherche actuelle l’entraîne à utiliser des pastels gras sur du papier recyclé coloré dans la masse, ce qui donne à ses tableaux, base de cette exposition, une tonalité générale particulièrement harmonieuse.

Joëlle Boué artiste autodidacte, petite fille d’une grand-mère peintre miniaturiste, dessine depuis toujours. Elle fréquente l’atelier de dessin de la rue Croix Baragnon et s’initie à la peinture avec Colette Fine et en suivant les cours de Martine Coste, à Toulouse.
Peintre du quotidien, elle nous fait entrer dans sa vision du monde d’une manière très personnelle à travers ses portraits, ses paysages aux plans colorés et dansants, aux couleurs fraîches et acidulées, ses compositions abstraites audacieuses et dynamiques aux larges aplats presque aquarellés. Si sa démarche commence par des dessins sur le motif, c’est dans son atelier que ses tableaux prennent vie, car pour Joëlle, regarder la nature c’est avant tout la comprendre et l’analyser, puis la synthétiser. L’œuvre achevée en sera la mémoire.
Tous ses tableaux ont en commun la joie de la couleur.

Jean-Pierre Perrault, sculpteur.
Son grand-père disait de lui « il est né avec un crayon dans la main ! » Sans jamais prendre de leçon, toute sa vie Jean-Pierre a dessiné à l’encre de chine, au crayon, à la sanguine, les sujets qui l’environnaient. Il a dessiné autant que le permettait sa profession. En allant dessiner ainsi le samedi après-midi en compagnie d’autres artistes -dont certains plein de talent et d’expérience l’ont beaucoup enrichi-, il a découvert le modèle vivant qui fut un peu comme une révélation. Petit à petit l’envie lui vint de passer du dessin à plat à la sculpture à trois dimensions. Le premier matériau qu’il eut à portée de main fut le bois puis il se mit à modeler la terre. Il nous confie : « La sculpture me comble car j’aime les volumes, les formes. Sortir de mes mains de ce qui est un monceau de terre informe, un corps, un visage, un mouvement, est un grand bonheur
 »